top of page

Oui, mon général !


Entre bureaux et ministères, la rue du général Bertrand dans le 7e ressemblait à un dimanche soir. Jusqu’à ce que deux amoureux de la cuisine bistrot, Nicolas Bessière et Stéphane Reynaud, décident, en 2019, d’y établir leur campement. Oui, mon général ! est né. Fils de bouchers et d’éleveurs de porcs en Ardèche, Stéphane est un chef qui vit le partage au point d’avoir souvent pris la plume pour transmettre sa passion du cochon – Cochon et fils (2011), des Ripailles (2007) entre amis ou de la tradition bistrotière – Le bistrotier (2021). Dans ce dernier ouvrage, joliment sous-titré « Le livre des joues rouges et des assiettes à saucer », chaque plat marque une étape à travers la France : des œufs mayo, emblématiques des bistrots parisiens, au saucisson brioché lyonnais, de la daube niçoise à l’aligot d’Auvergne, en passant par la garbure gasconne… Comme dans un rêve, tous ces plats se sont échappés des pages du livre pour s’incarner dans les assiettes servies par nos deux compères. L’œuf mayo (champion du monde 2018) s’habille, selon la saison, de pickles, petits pois, et de chips de pain pour le « croquant ». La carte n’a pas de fausses pudeurs et ose de très belles pièces de viande. Les jus ne font pas de la figuration. Rien n’est de trop, tout trouve sa place dans une précision aussi gourmande que militaire. En 2021, l’établissement a même remporté le prix Lebey 2021 du meilleur bistrot de l’année.

Désormais, le coeur de la rue du général Bertrand bat, du lundi au vendredi soir, au rythme de Oui mon général !. Quant aux dimanches soir, ils ressemblent toujours à des dimanches soir.

🍽 - la carte

📍- 14 rue du General Bertrand, Paris 7.

Mots-clés :

Comentarios


bottom of page